Mes observations sur iNaturalist en 2020

Voici un bilan un peu plus complet de mon année sur iNaturalist. L’objectif initial que je m’étais fixé était de répertorier les plantes sauvages du jardin. Il a vite évolué vers les espèces végétales des alentours au rythme d’une nouvelle espèce par jour, puis plusieurs. Jusqu’au moi d’avril, je n’ai posté que des espèces botaniques, incluant les champignons et lichens. C’est lors du Socially Distant Bioblitz du 3 mai, pendant le premier confinement, donc dans un rayon de un kilomètre autour de la maison, que j’ai élargi les observations à toutes les espèces. Ce jour là j’en ai répertorié 299. À ce rythme, et malgré les contraintes de la crise sanitaire qui nous ont empêché de sortir du territoire national, ce sont près de 2000 espèces que j’ai observées et postées cette année : essentiellement en Haute-Savoie, avec des extensions dans la vallée du Rhône, en Bretagne cet été, et dans les Pyrénées cet automne.
Passons aux chiffres. En excluant le « backlog », c’est-à-dire quelques photos anciennes, le décompte exact pour 2020 est 5.423 observations et 1.927 espèces, dont 3.141 observations et 1.202 espèces sauvages validées au niveau recherche : 785 plantes, 210 insectes, 92 champignons, 41 mollusques, 21 oiseaux, 17 araignées... Noter que ces nombres sont réduits à 4.949 observations et 1.743 espèces dans la synthèse iNaturalist / année 2020 sur INAT / @alainc.
Parmi les observations les plus remarquables figurent une vipère Vipera aspis zinnikeri dans les Pyrénées et une sous-espèce rare de grassette Pinguicula grandiflora rosea dans les Alpes.
Sans les fonctionnalités du site iNaturalist et le support de 600 identificateurs, jamais je n’aurais pu progresser aussi vite dans la connaissance de la flore du département de la Haute-Savoie - pour laquelle j’ai un projet actif - en particulier pour les mousses et les lichens.
Je poursuivrai donc les observations sur iNaturalist en 2021, sans pour autant m’en tenir comme en 2020 à au moins une observation par jour - du 9 janvier au 15 décembre, soit pendant 342 jours, ce qui malheureusement n’est pas ressorti dans les statistiques, qui me créditent d’une série de 121 jours, peut-être à cause du décalage horaire.
La situation sanitaire étant encore contraignante en ce début d’année, la perspective des voyages prévus en Guyane et en Espagne s’éloigne. Je compenserai en recherchant dans mes archives photos des espèces photographiées lors de précédents voyages, tout en continuant, bien sûr, à explorer les vallées, les pentes et les sommets des Alpes.
Pour mémoire, les chiffres globaux de iNaturalist, tirés de la revue de l’année 2020 font état de 23 millions d’observations et près de 200.000 espèces.
Bonne année 2021, naturaliste et iNaturalist, à tous.

Publicado por alainc alainc, 13 de janeiro de 2021, 09:51 MANHÃ

Comentários

Nenhum comentário ainda.

Adicionar um Comentário

Iniciar Sessão ou Registar-se para adicionar comentários